Un repas gastronomique à moins de 2 euros par convive

Vous pensez cela impossible ? Eh bien voilà comment le faire avec moins de 2€ de matière première ! Par personne : Entrée : une demi betterave cuite coupéee en fines tranches, herbes, sel poivre, huile de colza bio première pression. Plat : Quelques tranches de magret séché maison et steak d'épinards sauce sésame On passe 30 secondes les épinards à l'eau bouillante, on les  égoutte puis on stoppe la cuisson à l'eau froide. Pour la sauce : on met des graines de sésame dans une poèle à sec, dès qu'elle commencents à dorer on arrète, on en garde une cuillère et on broie le reste. Puis on prend une tasse de bouillon maison, une cuillère à soupe de sucre, deux de sauce soja, le sésame boyé, on mélange. A ce moment, vous mettez dans une nappe à suchis les épinards pour bien les essorer en forme de steack. Vous dressez le "steack" Vous les arrosez de la sauce, et ajoutez un peu de graines de sésames. Comme dessert, une banane de la mort qui tue ! Vous avez moins cher en matière première ? 😀

Trucs de cuisine

– Pour toujours avoir du persil – juste après les courses et le rangement, mettre le persil équeuté dans un grand verre et le hacher aux ciseaux (bon contre les rhumatismes) – mettre dans un bol au frigo sans couvrir, ça peut durer 3 semaines sans souci.

– Garder sa salade – la laver, la déchiqueter à la main en enlevant les côtes, mettre dans un torchon légèrement humide au frigo – ça se garde une semaine tout frais.

– Toujours réussir sa mayonnaise – mettre un jaune d’œuf et une cuillère à soupe de moutarde dans un bol, passer au batteur vitesse lente – ajouter un peu de poivre et de sel, repasser au batteur lent – ajouter un peu d’huile, batteur rapide, continuer à ajouter l’huile (ne pas lésiner-perso j’utilise l’huile de colza because bons omégas) jusqu’à consistance. (en tout, en 4 mn max on a une mayonnaise qui tient au fouet du batteur) – ajouter une touche de … piment/curry/persil/échalottes/câpres/… en battement lent suivant les plats et ..l’inspiration.

[Truc] Choisir un melon

Je croise au rayon fruits et légumes une dame d’un certain âge toute perdue devant un monceau de melons. Ses voisines prenaient les melons d’un air entendu, les sentaient pour les sélectionner, parlaient entre elles de texture, de nombre de côtes, de mollesse… Berk ! Surtout pas ! Quand un melon sent, il est passé, voire alcoolisé !

Elle me demande : “savez-vous si ils sont murs ?”

Je lui ai indiqué mon truc pour un bon choix :

  • Le melon doit être lourd et ferme.
  • Son derrière doit être souple (souple, pas mou) :

melons

 

C’est tout !

Je l’ai recroisée, elle était toute contente : “grâce à vous mon entrée a plu à tout le monde !” 😉

Blancs de poulet à la saint Thomas

Bon, là c’est une créa que j’ai appelée comme ça parce qu’il faut la voir pour le croire !

La recette est moins simple que les précédentes, mais pas horrible non plus !

Il vous faut des blancs de poulet, une casserole et une poêle, ainsi que citronnelle, gingembre, sel, poivre, piment, sel au céleri, tomates, courgettes, pommes de terre, un alcool sec.

On commence par mettre dans la casserole un fond d’alcool ; j’ai mis du rhum, mais la vodka, le whisky ou le bourbon (pour donner un effet fumé) iront aussi.

On ajoute de la citronnelle (ou des zestes de citron) du gingembre, quelques grains de poivre et on fait chauffer les blanc en les retournant fréquemment.

Quand l’alcool a disparu, on ajoute des tomates coupées en dés, et une courgette coupée en dés.

Quand c’est presque sec on recouvre de bouillon de poule (maison ou bouillon cube comme j’ai fait.) Deux petits piments secs passés au mortier, du sel au celeri.
Là 8 mn de bouillon puis 20mn juste à chaud.

Pendant ce temps on coupe des pommes de terre en dés.
Puis on enlève les blanc pour les remplacer par les pommes de terres à qui on redonne un bouillon pendant 8mn.

Pour retirer les blanc (et la suite) on utilise un instrument génial : la cuillère à pâtes.

On découpe les blancs en lanières.
On les met dans un bol avec bien de la farine et de la chapelure. On secoue pour bien imprégner.

Au bout de 8 minutes, on retire les légumes de leur bouillon et on leur fait le même traitement.

On passe complètement le reste de liquide de cuisson qui fait un consommé d’entrée.

L’entrée servie,  on prend une poêle. Un cube de beurre, la même quantité d’huile et on y passe le poulet (5/6 mn, feu vif)

Même traitement pour les légumes.

On passe à table en servant sur un lit de roquette.

Miam ! 🙂

Truc pour cuire un œuf

Petit truc ultra facile qu’on oublie souvent.

Quand on fait un œuf à la coque, mollet, dur, percer son gros bout avant de le mettre à l’eau ; il ne se fendillera pas, because la poche d’air se videra par se trou. Quand on ne fait pas ce petit truc, la poche d’air monte en pression avec la chaleur : c’est çà qui fendille les œufs !

Pour ce faire, il suffit d’un petit couteau pointu.
Vous appuyez avec la pointe sur le bout rond de l’œuf, l’enfoncez d’un ou deux millimètrès (aucun risque : puisqu’il y a de l’air de ce côté là, d’ailleurs, plus l’œuf est vieux plus la poche d’air augmente).

C’est tout !

gomasio ??

Bonjour ,

C’est quoi t’est -ce le Gomasio? Hein ?

C’est un condiment d’origine japonaise qui se compose  de sel “non raffiné gris et de graines de  sésame  bio légèrement grillée dans la proportion de 1 cuillerée a soupe de sel et de 12 cuillerées a soupe de graines de sésame. Tout cela mélangé dans un “suribashi” japonais…. ou un mortier.

Ce condiment peut servir pour assaisonner  vos céréales en grain, vos salades, vos soupes etc, etc a votre choix…..

En premier lavez les graines de sésame, épongez les dans une serviette.

En deux faites chauffer  une casserole à vide dans laquelle seront jetées les graines de sésame 5/6 mn (pas trop grillé mais asséchée) réserver dans le mortier et ensuite faite de même avec le sel

…… une fois que les deux ingrédients sont dans le mortier, utilisez un pilon pour écraser le sel et les graines de sésame jusqu’à une consistance d’un mélange moyen , il ne faut pas que les graines de sésames soient complémentent écrasées… c’est mieux pour la mâche

Et voila votre Gomasio est prêt a utiliser sous  2 semaines , pas plus ……

Amusez-vous bien @+  jibel  😎

[Truc] Cirage banane

Là ce n’est pas de la cuisine, mais.. une conséquence.

On ne fait pas de la banane qui tue tous les jours et …bêtement on jette ses pelures.

Avant de jeter la pelure, même si on a une flemmingite chronique, on peut faire une merveille : cirer ses chaussures !

Il suffit de frotter le cuir avec la face chair de la pelure, puis de passer un chiffon.

Vous pouvez montrer le résultat en photo (je ne le fais pas : je connais ! )

…et c’est “bio” en plus 😛

La banille (banane/vanille) qui tue

La banane créole revisitée (pour flemmard)

Pour cette recette, utilisez des bananes TRES mûres (si elles ont toutes noires ce sera meilleur, en plus c’est une bonne façon d’utiliser une banane qu’on jetterait sinon)
Coupez vos bananes en deux dans la longueur sans les peler. Donc dans leur peau comme des avocats.
Version four :
Un soupçon de poivre (pour renforcer le goût) citronner, parsemer de petits copeaux de beurre, un peu de sucre.
Mettre dans un plat face coupée vers le haut, oublier au four à 160 pendant le repas (ou 180 si vous mangez vite.)
Montez le four au max pendant 2 mn à la fin
Au moment de servir, arrosez de rhum (du vrai, genre La Mauny, Depaz, Père Labat, surtout ni Négrita, ni jamaïcain ou cubain)
Vous pouvez aussi varier avec du lambig (pas du calva, hein ! du lambig !)
Allumette, flambez.
Miam !
IMG_1685
Version poêle sans sucre  :
Un trait d’huile neutre (arachide, tournesol) une noix de beurre (salé), feu doux (4 sur 10 chez moi).
Posez vos bananes face coupée vers le bas. Oubliez dans la poêle entre 6 et 10 minutes.
Soupçon de poivre et citron.
Même flambage, ce coup là, il faut un peu réchauffer le rhum (au croonde par exemple).
Là arrive le moment important : mettez dans chaque assiette une boule de vanille… que vous arrosez d’un trait d’huile d’olive.
(si ! si ! c’est le truc le plus important ! si vous doutez, saints Thomas que vous êtes, testez en secret tout seul avant)
Et expliquez à vos convives comment déguster : une cuillerée de banane – une cuillerée de glace.
IMG_1691
C’est… assassin !
Pour les super gourmands, prévoyez une chantilly.
Ca prend moins de 2 mn à préparer, le reste c’est votre four ou votre poêle qui s’en occupe. Un créole d’origine corse sous tranxène & temestat avec une flemingite aigue doit pouvoir y arriver sans transpirer…  😀

 

Dîner de hors saison – asperges aux moules

Un soir de flemingite, j’ai travaillé avec du hors saison congelé.

Asperges vertes – moules décoquillées – piment – échalote – ail – coriandre en grains – zestes d’un citron qui traînait – une cuillère de sucre – sauce soja – lait de coco -huile neutre.

Mis mes asperges à la vapeur 12 mn.
2 mn avant la fin, glissé les moules dans l’eau qui faisait la vapeur.

Pendant ce temps, coupé l’échalote en petits dés, l’ail itou, les zestes.
Poêle, un peu d’huile, feu doux, laissé tout cela devenir transparent.
Ajouté le sucre.
2 mn après la sauce soja.
Broyé les petits piments secs et les grains de coriandre dans un mortier (10 secondes), ajoutés au frichti.
2 minutes avant la fin, ajouté le lait de coco.

Tout servi joliment présenté, arrosé de la sauce.

(Comme il me reste de la sauce, que j’ai un bête blanc de poulet sec, demain je hache le poulet, je réduis un morceau de pain sec en chapelure, j’en fais des petites palettes que je poêle, puis arrose du reste de sauce coco)

Na !

(Franchement faut pas avoir fait l’école hôtelière pour faire ça !)

Dîner avec rien !

Un dîner avec rien ou presque.

Un morceau de cabillaud congelé (berk) – une tomate d’hiver dure comme du bois (beuh) – Un oignon tout sec (bah) – une pomme de terre un peu flétrie (l’avais oubliée) – un fond de sac de moules congelées (luxe) – un vieux morceau de gingembre – une gousse d’ail finissante – un morceau de baguette tout sec – un oeuf qu’il faut vite manger – 4 lardons qui traînent – du piment séché – du sel – une tablette de knorr, poivre.

Hop !
Une casserole, couper la pomme de terre (sans l’éplucher) en petits dés (vous la coupez en deux, puis en hauteur sans aller au bout, puis en longueur, puis en largeur,  magie : des petits dés !)
Jeter les dés dans la casserole, couvrir d’eau, démarrer le feu.
Je coupe l’oignon idem, casserole.
La tomate itou, casserole.
Le cube Knorr ou Maggi.
Deux piments broyés.
Le gingembre épluché et taillé.
Les lardons.J’ajuste l’eau pour qu’elle effleure.La gousse d’ail  épluchée, un morceau écrasé dans la casserole, le reste gardé.Séparer le blanc du jaune de l’œuf, le jaune dans un mortier, le blanc dans une tasse.
Casser le pain sec en morceaux, mettre la moitié dans le mortier, le mouiller d’une louche de liquide de cuisson.
Hacher le reste de l’ail, direction mortier. Ajouter le jaune.
Bien piler.
Ajouter le reste de piments, continuer.
La croûte du pain ne se pile pas, l’enlever et la mettre dans la tasse avec le blanc d’œuf.Ajouter le poisson dans la casserole, augmenter le feu.

Dans le mortier, continuer à piler jusqu’à consistance de crème. Ajoutons l’huile et montons en mayonnaise (c’est une rouille en fait) Si vous avez du curcuma ou du safran, ajoutez !

Là, normalement si vous êtes synchro, le liquide a bien réduit et la rouille se tient.

Servez bouillant dans des bols ou assiettes creuses, jetez le blanc d’œuf avec ses croûtes de pain, mélangez, parsemez des morceaux de pain sec restants, décorez de rouille.

Servez avec du Gros Plant.

Impossible de deviner que c’est un truc discount fait avec des restes à la limite…  Smile

C’est top délicieux grave et en fait tout simple !

15 minutes de temps et je ne sais pas si on arrive à 4 euros/convive…